Return to site

What's going on ?

L'enjeu derrière l'angoisse de la naissance, c'est d'advenir sujet !

Un classique:

Le traumatisme de la naissance après Rank

Les idées de Rank, bien que mal acceptées, n’en ont pas moins influencé la pensée psychanalytique. Le problème du rôle du traumatisme de la naissance a été repris dans celui plus large des influences prénatales et natales dans le développement de la personnalité et de la névrose. Ainsi Phyllis Greenacre (1945) (1) a abordé ce problème au niveau même du fœtus en s’appuyant sur des résultats expérimentaux et cliniques : la constitution, les expériences prénatales et les conditions de la naissance créent un état de préangoisse ; les réactions réflexes du fœtus in utero sont un potentiel organique influençable par la naissance et les expériences post-natales, ce qui peut conduire à des réactions variables aux dangers.

Fodor (1949) (2) par contre abonda dans le sens de la recherche de Rank. Il fit remonter la source de la névrose à la période prénatale. Se basant sur un matériel essentiellement psychanalytique, il a voulu reconstituer à partir des rêves dits prénataux et des fantasmes, les relations du fœtus à sa mère, qu’il ne conçoit pas nécessairement comme un bonheur parfait mais qui sont déjà troublées par des stimulations traumatiques. Les effets du traumatisme de la naissance sont corrigés par les influences venant de la mère tant prénatales que postnatales dont l’essentiel passe par l’amour et les soins qui entourent la naissance. Fodor a réalisé une étude très riche des fantasmes relatifs à la naissance et à la mort et de ceux qui alimentent les relations symboliques de la mère et de l’enfant, expressions de leurs désirs réciproques.
http://psycha.ru/fr/rank/1924/trauma_naiss14.html

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly