Smartphones soupçonnés de causer un Alzheimer précoce : Comment ?

Comment les smartphones seraient une cause d'Alzheimer précoce

La théorie du calcium

Il a été constaté que l’accumulation de calcium à un niveau intracellulaire est à l’origine de plusieurs modifications au sein du cerveau. Deux changements majeurs, en particulier, peuvent favoriser l’émergence de la maladie d’Alzheimer :

  1. Des augmentations spécifiques de la protéine précurseur de l’amyloïde, de la BACE1 et des agrégats de la protéine bêta-amyloïde ;
  2. Des changements neurodégénératifs moins spécifiques, dont la protéine tau hyperphosphorylée, les enchevêtrements neurofibrillaires, la mort cellulaire produite par apoptose ou par autophagie, le dysfonctionnement synaptique produit par des changements dans les structures neuronales nécessaires à la synapse entre les neurones, le stress oxydatif et l’inflammation.

Les champs électromagnétiques et l’accumulation de calcium

Les champs électromagnétiques (CEM) pulsés, produits électroniquement et utilisés pour la communication sans fil, génèrent des forces électriques et magnétiques qui agissent dans les cellules du corps principalement par l’intermédiaire de l’activation des canaux calciques dépendants du voltage. (Ces canaux sont des protéines de la membrane des cellules qui s’ouvrent et laissent passer le calcium selon le potentiel électrique de la cellule.)

L’activation de ces canaux entraîne une augmentation rapide des niveaux de calcium intracellulaire. Ainsi, les expositions aux CEM provoquent des modifications qui conduisent à un excès de calcium intracellulaire.

Il a été démontré que ces changements des niveaux de calcium intracellulaire, induits par les CEM, sont présents dans des modèles animaux de la maladie d’Alzheimer.

Deux voies générant des effets pathologiques à la suite d’une exposition aux CEM sont importantes dans la genèse de la maladie d’Alzheimer :

  1. La voie de signalisation du calcium ;
  2. La voie du peroxynitrite, du stress oxydatif et de l’inflammation.

Le professeur Martin L. Pall de l’Université de l’État de Washington, qui a travaillé sur ce phénomène pendant une dizaine d’années, a rédigé une synthèse dans la revue Current Alzheimer Research. Il explique que « les CEM agissent par le biais de pics électriques et de forces magnétiques variables dans le temps à l’échelle de la nanoseconde ». Ces pics augmentent de manière considérable avec chaque augmentation de la modulation d’impulsion produite par les smartphones, les compteurs intelligents, les villes intelligentes et les radars dans les véhicules autonomes.

Ces observations montrent que les CEM peuvent être à l’origine de la maladie d’Alzheimer. D’autres recherches, humaines et animales, apportent davantage de preuves soutenant la théorie du calcium de la maladie d’Alzheimer. Le professeur Pall résume ces preuves.

D’autres éléments de preuve

Des études génétiques et pharmacologiques ont montré qu’une activité élevée des canaux calciques dépendants du voltage entraîne une incidence accrue de la maladie d’Alzheimer.

Douze évaluations récentes ont indiqué que les personnes exposées aux champs électromagnétiques (CEM) dans le cadre de leur travail présentent une incidence plus élevée de la maladie d’Alzheimer. Certaines études suggèrent que les CEM raccourcissent la période de latence normale de 25 ans de la maladie.

Des études précédentes (dans les années 1970 et 1980) sur l’exposition professionnelle aux CEM ont montré que les effets neurologiques et neuropsychiatriques associés se développent de manière cumulative, de sorte que des périodes d’exposition plus longues produisent des effets plus graves.

L’âge d’apparition de la maladie d’Alzheimer a diminué au cours des 20 dernières années environ, période correspondant à la forte augmentation récente des expositions aux CEM liés aux communications sans fil. Des études récentes font état de cas d’Alzheimer entre 30 et 40 ans.

Les personnes très jeunes qui sont exposées au rayonnement des téléphones cellulaires ou du Wi-Fi pendant de nombreuses heures par jour peuvent développer une démence numérique.

Le professeur Pall résume ensuite des études sur les rats qui démontrent que les expositions aux CEM entraînent le développement d’une neurodégénérescence et que l’activation des canaux calciques intervient dans cet effet. Il souligne l’urgence de réaliser certains types d’études.

« Les conclusions de chacune de ces études devraient être partagées avec le grand public », déclare-t-il, « afin que chacun puisse prendre les mesures nécessaires pour réduire l’incidence de la maladie d’Alzheimer précoce ».

Pour plus d’informations, voyez les liens plus bas.

Source : Thierry Gaillard avec sources de Bentham Science Publishers, Current Alzheimer Research. N’hésitez pas à suivre Thierry Gaillard sur nos réseaux sociaux

A Découvrir :  Contrôle du diabète sans médicaments ni perte de poids: une méthode révolutionnaire
alain-barru
Thierry Gailard

Auteur

Thierry Gailard, avec son riche parcours en tant que psychologue clinicien, se présente aujourd'hui comme une voix authentique et éclairée dans le monde de la psychologie sur notre site. Fort de plusieurs années d'expérience en cabinet, Thierry a consacré sa carrière à comprendre et à soigner l'esprit humain. Aujourd'hui retraité de la pratique clinique, il se consacre à partager ses connaissances et son expertise à travers des articles accessibles et instructifs. Ses écrits s'adressent aussi bien aux novices qu'aux connaisseurs, offrant des perspectives uniques et des explications claires sur divers sujets psychologiques. De la psychologie du développement à la neuropsychologie, en passant par la psychologie sociale, Thierry Gailard aborde une multitude de thèmes avec une approche pédagogique et empathique. Son objectif est de rendre la psychologie compréhensible et utile pour tous ceux qui cherchent à mieux comprendre les processus mentaux, les émotions et le comportement humain.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *