Hausse de médicaments pour le TDAH : Disparités régionales majeures au Québec

Médicaments pour le TDAH en hausse : grandes disparités régionales au Québec

Evolution de l’usage des médicaments pour le TDAH chez les jeunes au Québec

Au cours des deux dernières décennies, de 2000 à 2020, on a observé une augmentation significative de l’usage de médicaments pour le Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH) parmi les jeunes de 24 ans et moins qui sont inscrits au Régime public d’assurance médicaments. En effet, le taux d’utilisation de ces médicaments est passé de 1,9 % à 7,7 %, ce qui représente 56 080 jeunes Québécois.

Prescription de médicaments contre le TDAH en fonction de l’âge et du sexe

Lors de l’année 2019-2020, parmi les jeunes de 0 à 24 ans couverts par le régime, 9,6 % des garçons et 5,8 % des filles ont reçu une prescription de médicaments pour le TDAH. Il est à noter que ce taux varie en fonction de l’âge des individus.

Disparités régionales dans l’utilisation de médicaments contre le TDAH

Il faut souligner l’existence de disparités régionales significatives en ce qui concerne l’utilisation de médicaments pour le TDAH. Ces différences peuvent être attribuées à plusieurs facteurs, comme la prévalence réelle du trouble, les ressources disponibles en matière de santé, ou encore les perceptions de la population. Par exemple, les taux relevés pour les régions du Saguenay, de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent sont nettement plus élevés que ceux observés à Montréal et à Laval.

A Découvrir :  Épanouissement des adultes avec TDAH : Une étude détaillée

Types de médicaments prescrits pour le TDAH

Les psychostimulants constituent la catégorie de médicaments la plus fréquemment prescrite pour le TDAH. Toutefois, depuis l’année 2005-2006, on note une légère hausse de la prescription de médicaments non psychostimulants, accompagnée d’une baisse correspondante de celle des psychostimulants.

Les médicaments psychostimulants sont principalement à base d’amphétamines (comme la Dexédrine, l’Adderal, le Vyvance) ou de méthylphénidates (comme le Ritalin, le Biphentin, le Concerta). Quant aux médicaments non psychostimulants, on peut citer le Stattera (atomoxétine), qui est un inhibiteur de la recapture de la noradrénaline, et l’Intuniv (guanfacine), qui est un agoniste sélectif de récepteurs adrénergiques.

Informations supplémentaires sur le TDAH

Pour plus de renseignements sur le TDAH, vous pouvez consulter d’autres sources d’information.

Article rédigé par Thierry Gaillard, avec des données fournies par l’INSPQ. N’hésitez pas à suivre Thierry Gaillard sur nos réseaux sociaux

alain-barru
Thierry Gailard

Auteur

Thierry Gailard, avec son riche parcours en tant que psychologue clinicien, se présente aujourd'hui comme une voix authentique et éclairée dans le monde de la psychologie sur notre site. Fort de plusieurs années d'expérience en cabinet, Thierry a consacré sa carrière à comprendre et à soigner l'esprit humain. Aujourd'hui retraité de la pratique clinique, il se consacre à partager ses connaissances et son expertise à travers des articles accessibles et instructifs. Ses écrits s'adressent aussi bien aux novices qu'aux connaisseurs, offrant des perspectives uniques et des explications claires sur divers sujets psychologiques. De la psychologie du développement à la neuropsychologie, en passant par la psychologie sociale, Thierry Gailard aborde une multitude de thèmes avec une approche pédagogique et empathique. Son objectif est de rendre la psychologie compréhensible et utile pour tous ceux qui cherchent à mieux comprendre les processus mentaux, les émotions et le comportement humain.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *