Sommeil optimal pour la santé psychologique et cognitive: durée idéale

La durée optimale de sommeil pour la santé psychologique et cognitive

L’importance du sommeil pour la santé mentale et cognitive

Le sommeil est essentiel pour le bon fonctionnement des capacités cognitives et pour garantir une bonne santé mentale, comme le soulignent les chercheurs. Il joue également un rôle crucial dans le maintien de la santé du cerveau en aidant à éliminer les déchets.

Au fur et à mesure que nous vieillissons, des changements dans nos habitudes de sommeil peuvent être observés. Ces changements peuvent inclure des difficultés à s’endormir et à rester endormi, ainsi qu’une réduction de la quantité et de la qualité du sommeil. On pense que ces perturbations peuvent contribuer à la diminution des capacités cognitives et à l’apparition de troubles mentaux à mesure que nous vieillissons.

La recherche sur la durée optimale du sommeil

Pour déterminer la durée optimale du sommeil, Christelle Langley, du département de psychiatrie de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni, et ses collègues de l’Université Fudan en Chine, ont étudié les données de près de 500 000 personnes âgées de 38 à 73 ans provenant de la UK Biobank. Les participants ont partagé leurs habitudes de sommeil, leur état de santé mentale et leur bien-être, et ont subi une série de tests cognitifs. Pour près de 40 000 des participants à l’étude, des données d’imagerie cérébrale et des données génétiques étaient disponibles.

A Découvrir :  Prévention du diabète : diminution de la consommation de viande rouge

Selon l’analyse des chercheurs, la durée de sommeil idéale pour les personnes d’âge moyen et plus âgées était de 7 heures. Un sommeil plus court ou plus long était lié à une diminution des performances cognitives, comme la vitesse de traitement de l’information, l’attention visuelle, la mémoire et la capacité à résoudre des problèmes. Un sommeil de moins ou de plus de 7 heures était également associé à des symptômes d’anxiété et de dépression plus fréquents et à une diminution du bien-être.

Le lien entre le sommeil et le déclin cognitif

L’association entre un sommeil insuffisant et le déclin cognitif pourrait être expliquée par la perturbation du sommeil profond, selon les chercheurs. Il a été démontré que la perturbation de cette phase de sommeil est étroitement liée à une perturbation de la consolidation de la mémoire ainsi qu’à l’accumulation de protéines amyloïdes caractéristique de certaines formes de démence telle que la maladie d’Alzheimer. Il a également été démontré que le manque de sommeil peut entraver la capacité du cerveau à se débarrasser des toxines.

Les chercheurs ont également constaté un lien entre la quantité de sommeil et des différences dans la structure de régions du cerveau impliquées dans le traitement cognitif et la mémoire, les changements les plus importants étant associés à une durée de sommeil supérieure ou inférieure à sept heures.

L’importance de dormir régulièrement sept heures par nuit

Dormir régulièrement sept heures par nuit, sans trop de fluctuations dans la durée, était également important pour les performances cognitives, la santé mentale et le bien-être. Des études antérieures ont également montré que les habitudes de sommeil interrompu sont associées à une inflammation accrue, ce qui indique une susceptibilité aux maladies liées à l’âge chez les personnes âgées.

A Découvrir :  Appel à restreindre l'utilisation des antidépresseurs

Ces résultats suggèrent qu’une durée de sommeil insuffisante ou excessive pourrait être un facteur de risque de déclin cognitif au cours du vieillissement, concluent les chercheurs.

Sources : University of Cambridge, Nature Aging. N’hésitez pas à suivre Thierry Gaillard sur nos réseaux sociaux

alain-barru
Thierry Gailard

Auteur

Thierry Gailard, avec son riche parcours en tant que psychologue clinicien, se présente aujourd'hui comme une voix authentique et éclairée dans le monde de la psychologie sur notre site. Fort de plusieurs années d'expérience en cabinet, Thierry a consacré sa carrière à comprendre et à soigner l'esprit humain. Aujourd'hui retraité de la pratique clinique, il se consacre à partager ses connaissances et son expertise à travers des articles accessibles et instructifs. Ses écrits s'adressent aussi bien aux novices qu'aux connaisseurs, offrant des perspectives uniques et des explications claires sur divers sujets psychologiques. De la psychologie du développement à la neuropsychologie, en passant par la psychologie sociale, Thierry Gailard aborde une multitude de thèmes avec une approche pédagogique et empathique. Son objectif est de rendre la psychologie compréhensible et utile pour tous ceux qui cherchent à mieux comprendre les processus mentaux, les émotions et le comportement humain.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *